Abandonne-toi à ce qui est, laisse aller ce qui était, aie confiance en ce qui sera...

 

Peu présente ces derniers temps, j’avais besoin de revenir à moi-même, de rentrer dans ma bulle, de reprendre mon souffle… Il est rare que j’ouvre mon jardin intérieur, mais parfois cela peut être bon de se confier, juste pour aider…

Eh oui, la petite fée que je suis ne vit pas toujours dans un monde de légèreté et de douceur.
Ce n’est pas parce que l’on enseigne l’amour et le choix du bonheur, que l’on croit que la Vie est un conte de fées.

Il est des épreuves que nous sentons arriver au plus profonds de nous-même, on s’y prépare ; mais cela ne se déroule jamais de la façon dont on l’a envisagé.
Il est des épreuves qui reviennent dans notre vie, comme pour exorciser le passer.
Ces dernières semaines ont été riche d’émotions, des émotions du passé refoulées, avec lesquelles ont croit avoir fait la paix. Des souvenirs douloureux qui vous envahissent de peur, de tristesse, de colère… et qui ferment votre cœur.
Comment faire de nouveau confiance, lorsque cette confiance a été trahie ?
C’est ce que j’ai appris, entourée de ma famille…

Mon frère, Cédric, n’a pas une vie « ordinaire », non sa vie est plutôt « extraordinaire » !
Sa vie, je ne peux la conter à sa place. Peut-être le fera t’il un jour, je le souhaite de tout mon cœur,

car Cédric est une de ces lumières qui a choisi de briller envers et contre tout.
Une de ces âmes qui vous inspire lorsque vous croisez son chemin… Un guerrier pacifique.


Destin particulier lorsqu’à 4 ans, il se retrouve paraplégique suite à une erreur médicale, sans explications

du chirurgien ! Les erreurs médicales font malheureusement parties de la vie.

Un chirurgien, une infirmière, sont des hommes et des femmes qui font, comme vous et moi, parfois des erreurs.

La seule différence, c’est que celles-ci ne pardonnent pas !
Lorsque l’on a soi-même été victime ou bien que l’on est parents, sœurs, frères d’une personne ayant vécue cette douloureuse épreuve. On évolue difficilement dans le monde médicale, sachant que l’on doit le côtoyer ;

mais n’accordant qu’une infime confiance à cet univers médicalisé qui a chamboulé vos vies à jamais.

Et puis, voilà qu’arrive une nouvelle intervention, le chirurgien dégage une grande confiance.

Mais l’opération se rallonge, se rallonge inexorablement, passant de 6h à 7h, à 9h, à 11h…
Et les vieux souvenirs remontent à la surface avec leurs angoisses…
Comment faire de nouveau confiance ?

Une petite voix, celle de ton cœur, te dit « ais confiance, tout va bien se passer » ; mais celle de ton esprit est là,

bien trop agitée, qui te dit « il s’est passé quelque chose, ça n’est pas normal, ça recommence ! »
Une infirmière pleine de douceur et de compassion te rassure, cherchant les mots…
Mais, que dire à quelqu’un qui n’a pas confiance en vous ?
Tu es en apnée, à te débattre avec tes vieux démons…
Et puis, la délivrance, le chirurgien apparaît épuisé mais détendu « tout s’est bien passé, ça a été plus long que prévu, mais il va bien. »
Cette phrase qui t’ouvre à nouveau le cœur… Qui te donne à nouveau envie d'y croire… Et de rallumer les étoiles…

 

A travers cette épreuve, j’ai réalisé que la médecine a énormément évolué en 35 ans.

J’ai découvert une autre médecine, plus humaine, plus proche du patient. J’ai le plus profond respect pour ces hommes et ces femmes qui exercent leur métier humblement avec empathie.
Devenir médecins, chirurgiens, infirmières, aides-soignants, c’est avant tout une vocation.

Certains considèrent l’ampleur de leur engagement et d’autres en ont moins ou peu conscience.
La médecine occidentale, change, évolue… Aujourd’hui, l’hypnose, la sophrologie sont présentes dans les salles d’anesthésie, d’opération. On fait appel à des thérapeutes extérieurs, masseurs, acupuncteurs… pour aider le patient à prendre en charge sa douleur. Les infirmières, aides-soignantes, ont pris conscience de leur rôle de psychologue

auprès du patient et de sa famille.
Tout est mis en œuvre pour redonner le pouvoir au patient, afin d’adoucir ce passage difficile.
Aujourd’hui, on a compris qu’on ne peut pas soigner, guérir le corps, sans soigner et guérir l’âme.

Le corps et l’esprit vont de pair.

Grâce à cette expérience, j’ai repris confiance en la médecine ; et je me réjouis de voir enfin la médecine

« conventionnelle » travailler main dans la main avec la médecine « alternative ». Ce que j'avais compris depuis bien longtemps, les deux médecines sont complémentaires.

Il y a encore beaucoup de chemin à faire, mais j’ai confiance…

J’ai également appris, il y a une nette différence entre comprendre et expérimenter, que l’on ne peut pas renier

son passé. Tôt ou tard, il refait surface… jusqu’à ce que vous appreniez à l’accepter, à faire la paix avec lui

et à en extraire le meilleur…

Tout au long de nos vies, nous sommes amenés à vivre des épreuves qui nous secouent profondément et nous font perdre pied. Épreuves dont on se passerait volontiers !

Dans ces moments difficiles, nous n'avons d'autres choix que d'affronter, de vivre cette expérience ; avec tout son cortège d'émotions désagréables... Et nous laisser modeler par la vie, tel un galet au rythme de l'océan...

Mais nous avons le choix de tirer des leçons de ces épreuves de la vie, d'en extraire le meilleur, "l'essence ciel",

de transformer le plomb en or tel un alchimiste...

Si nous arrivons à voir les étoiles qui brillent dans la nuit noire et que nous transmettons ceci à nos enfants ;

alors nous leur offrons un merveilleux passeport vers le bonheur...


« Je suis le maître de mon destin, je suis le capitaine de mon âme. » ;-)

Toutes mes pensées de gratitude à l’Hôtel Dieu, le CHU de Nantes. Et plus particulièrement, au service Uro du 4ème étage. Merci à vous pour votre respect, votre mise en confiance, votre patience et votre empathie.