Des livres avec des animaux qui parlent et des fées !C’est bon pour mon enfant ?

 

Est-il bon pour le développement de nos enfants, de leur conter des histoires mêlant magie, imaginaire et animaux qui s’expriment dans notre langue ?
Question surprenante pour certains ; pertinente pour d’autres. De nombreuses pédagogies alternatives prennent leur essor actuellement, pour le plus grand bonheur des enfants et des parents. Certaines favorise le concret, le réel ; d’autres l’imaginaire.
J’ai découvert il y a peu, que la pédagogie Montessori, déconseille vivement aux parents la lecture à leurs enfants, entre 0 et 6 ans, de livres mettant en scène des animaux qui parlent ou avec des fées, sorcières avec des pouvoirs magiques.

 

 

L’enfant ayant besoin de s’identifier aux personnages qui doivent être des « humains » comme lui,

avec des situations vécues lui rappelant son quotidien ; afin qu’il fasse la différence entre le réel et l’imaginaire.

 

Alors faut-il privilégier le réel en faisant abstraction de l’irréel ?

 

Je vais vous offrir ma vision sur ce sujet, en tant qu’auteur jeunesse, maman de deux grands enfants nourris

aux contes de fées, dragons… à l’imaginaire débordant.
 
Depuis la nuit des temps on transmet oralement à travers les contes.
Ces contes de différentes cultures, Africaine, Celtique, Scandinave, Indienne… mettent très souvent en avant,

des animaux, arbres, fleurs, pierres et autres personnages du petit peuple qui parlent et transmettent des vérités,

des valeurs à leurs auditeurs.
Pourquoi depuis des centaines et des centaines d’années, contons-nous des histoires qui ont pour « héros » ces personnages ?
Les enfants entre 0 et 6 ans, contrairement à un adulte, ne « catégorisent » pas le monde vivant.

Ils ne font pas de différence entre les humains, les animaux, les végétaux…
Aux yeux d’un enfant de 3 ans, un animal, une fleur n’a pas moins de valeurs qu’un homme ou une femme.

C’est un être vivant à part entière. N’avez-vous jamais surpris un enfant en pleine conversation avec son chien,

une petite coccinelle, ou une fleur ?
Peut être avez vous de vagues souvenirs de vous petit, en connexion avec le monde animal et végétal.

Et vous arrive t’il, aujourd’hui, devenu adulte, de discuter avec un écureuil rencontré au gré d’une ballade en forêt ?

 

Un enfant voit ce qu’un adulte ne voit plus


Les enfants sont dans le ressentis. Ils ont une grande perception sensitive, que nous « oublions », mettons en veille, devenus adultes. Petite et jusqu’à mes 12 ans environ, ma plus grande confidente était ma chienne, Olga.
Je ne passais pas une journée sans lui parler un moment en toute intimité.
Bien sûr, elle ne me répondait pas de la même façon en parlant le même langage que moi ; mais elle m’écoutait,

me consolait en me regardant avec ses grands yeux emplis de tendresse, en se nichant près de moi, quand j’étais triste.
Oui à mes yeux, ma chienne me comprenait mieux que personne !
Et je ne suis pas la seule enfant à avoir vécu, à vivre un lien aussi fort avec un animal, ou même un arbre !

Avez-vous remarquez comment un chat vient vous consoler lorsqu’il « sent » que vous êtes triste ?
Les enfants saisissent bien ce processus. C’est pourquoi entendre des histoires avec des animaux qui parlent ne les dérange en aucun cas dans leur évolution, c’est tout simplement naturel…

Au contraire, les animaux, végétaux, permettent aux enfants de développer leur empathie.

Et notre monde en a grand besoin…

Et oui, la réalité de votre enfant, n’est pas la même que la votre. Tout comme votre réalité, n’est pas la même

que celle de votre compagnon / compagne, de votre père, mère. Car il y a autant de réalités qu’il y a d’individus.

 

 

Et les contes de fées, de magie dans tout ça ?

Un conte de fées est tout aussi « réel » qu'un roman terre à terre. Le dragon, l’elfe, la princesse est toujours confronté

à des sentiments que nous connaissons bien nous les « humains », jalousie, colère, tristesse, abandon, amour…
A travers ces contes, l’enfant découvre le bien et le mal, la lumière et la noirceur ; tout en le maintenant à distance,

par le biais de l’irréel, à son quotidien.
Les contes de fées sont très souvent « initiatiques ». Les Frères Grimm, Charles Dickens, Charles Perrault… tous ces grands auteurs qui ont bercé notre enfance ; ont utilisé ces contes de « fées » pour nous initier inconsciemment

à une étape de notre vie.
Si on se penche un peu plus sur La Belle au Bois Dormant, on y découvre que ce conte aborde le thème de la menstruation. Le roi essaie d’empêcher sa fille de grandir et de devenir femme, pour la protéger de la vilaine fée.

12 fées constituent ce conte, comme l’année lunaire. Le rouet est le symbole des rythmes cycliques de l’univers.

A 15 ans, âge auquel une jeune fille a ses 1ère menstruations, la princesse se pique le doigt, une allusion symbolique aux 1ers saignements. (Source Lune Rouge – Miranda Gray)

Si je suis devenue une artiste épanouie, c'est avant tout parce que je n'ai jamais laissé s'éteindre la lumière

de la petite fille qui brille en moi...

Petite j’avais énormément d’imagination. J’étais une grande rêveuse. On me disait très souvent dans ma bulle, cette bulle me permettait d’imaginer et de créer.
Les contes de fées nourrissent l’imaginaire, et l’imaginaire construit un enfant.
Ces contes permettent aux enfants d’entrevoir, de prendre conscience de leur magie. Car nous sommes tous des magiciens… Je vois déjà l’adulte cartésien réagir à ces propos !
Ne vous êtes vous jamais exclamé, « c’est magique ! » à la vue d’une immense arc-en-ciel multicolore qui apparaît

après une pluie diluvienne, lorsque les rayons de soleil transpercent un ciel gris chargé de nuage ?

Lorsqu’une chenille se transforme en papillon ? Et que dire des aurores boréales ?

Vous allez me répondre, nous disons « la nature est bien faite ».
Et que dit votre enfant ? « C’est magique ! »
Ces deux expressions ont au final la même signification. La différence est juste dans le langage, comme avec les animaux, végétaux (on y revient...)

Pour un enfant petit, tout est source d’émerveillement...

Car, il prend le temps d’observer, de découvrir, l’univers, la nature qui l’entoure...

Ce que malheureusement, nous ne faisons plus devenus adultes (connectés à nos écrans).

Et s'il y a de la magie dans la vie (quand on y pense, nous venons de très loin…), nous avons également cette magie en nous, puisque nous faisons partie intégrante de la Vie.
Donc OUI, nous sommes tous des magiciens, et des magiciennes !
Quand vous marriez intuitivement différentes épices, aliments entre eux, afin de faire un plat délicieux ;

vous faîtes de la magie.
Quand vous arrivez à faire rire une personne qui a mal et à lui faire oublier sa douleur ; vous faîtes de la magie.

 

 

La magie, c’est l’âme (qui) agit...

Je vais parfois rendre visite à l’hôpital aux enfants en service cancérologie. Je me souviendrais toujours de ce petit garçon apathique, allongé dans son lit, dans sa chambre bulle ; à qui j’ai offert un ballon en forme de pistolet laser.
Ses yeux se sont mis à briller intensément ; et ce petit magicien est partie dans un monde merveilleux où nous combattions les méchants ! Il était le Super Héros et avait quitté sa chambre d’hôpital.

Nous nous sommes amusés pendant un long moment à « tuer » tous ces méchants. Il fallait le voir debout sur son lit débordant d’énergie et criant « Je vais vous avoir, je vais vous dégommer ! C’est Moi le plus Fort ! »
Ces « méchants » dont il parlait, c’était le cancer, cette maladie qui le terrassait.

Et c’était à elle, qu’il disait : « Je t’aurais, je suis plus Fort que toi ! »
Grâce à cette imagination, ce monde de Super Héros, de magie ; ce petit guerrier pacifique a pris le dessus sur sa maladie. Car grâce à ce moment, il avait quitté ce monde réel pour aller dans un monde parallèle qui le nourrissait, l’enrichissait… Pour revenir plus fort dans le monde « réel ».


Je ne dénigre aucune méthode d’éducation. A mes yeux, chacune à ses vertus et ses limites.

Personnellement, je suis une adepte du « butinage ». J’aime picorer des idées de ci, de là avec parcimonie

et conserver ce qui résonne en moi.
Rassurez-vous, vous pouvez lire à votre enfant en toute sérénité, des contes de fées avec des héros aux supers

pouvoirs magiques et des animaux qui parlent. Il sait se nourrir de tous ces enseignements et conservera

intuitivement ce qui lui fait du bien.

Car les enfants ont un secret : Ils savent que la magie est partout, si on accepte de la voir…

 

 

 

Retrouvez l'histoire de Hiya et la clé du bonheur

sur ce lien : https://www.conte-a-grandir.fr

https://www.facebook.com/conteagrandir/

 

 

 

 

éducation bienveillante, livre jeunesse, amour, bien être, vivre ensemble, paix, livre, conte, initiatique, enfant, intelligence émotionnelle, bonheur, éducation nouvelle, tolérance, communication non violente, amour de la vie, voyage, ouverture sur le monde, grandir, éveil, maternelle, primaire, conte musical, musicothérapie, voyage sonore, pédagogies alternatives, enseignement, école